Menu

Eleveurs Freiberger

Sites Freiberger

Images chevaux

Conseils pratiques

acheter un cheval

affronter l'hiver

alimentation du cheval

besoins en eau du cheval

comment dresser un cheval

entretien du cheval

les blessures

les coliques

naissance du poulain

odorat et goût chez le cheval

Races de chevaux

Annuaire chevaux

Annonces chevaux

Boutique équestre

bannière siteducheval.com


Freiberger

freiberger    freiberger    freiberger

La race des Franches-Montagnes, ou Freiberger en allemand, est la dernière race chevaline suisse, provenant du district des Franches-Montagnes.

Elle a été constituée à partir de croisements entre des juments indigènes robustes et des étalons de diverses races européennes, en particulier d'Anglo-normands.

Histoire du Freiberger

La présence d'une race autochtone est avérée dans le district des Franches-Montagnes dès le XVIIe siècle, où le cheval Franches-Montagnes est décrit comme beau, robuste, résistant, mais avec une tendance à la cécité, probablement en raison de la proximité de marécages dans la région.

Au XVIIIe siècle, l'élevage chevalin se développe et de nombreux sujets sont exportés, en particulier vers la France. Mais le XIXe siècle amène l'effondrement de l'élevage suisse. Celui-ci est en effet fragilisé par la révolution française et les réquisitions faites par Napoléon Ier pour la lutte contre les Autrichiens.

Après le congrès de Vienne en 1815, le canton de Berne mène une politique engagée pour favoriser la relance de l'élevage, principalement au moyen de primes. La jumenterie est alors estimée à près de 4 000 animaux. Mais avec l'arrivée du chemin de fer, le cheval perd en partie de son utilité, les chevaux de selle comme les carrossiers.

Sous l'impulsion du canton de Berne, la Confédération s'implique dans l'élevage chevalin et permet l'importation de nombreux chevaux étrangers, à savoir, dans un premier temps des chevaux demi-sang anglais et français, puis dans un second temps, des chevaux Anglo-normands.

C'est à la fin du XIXe siècle que naissent les deux principaux étalons fondateurs de la race : Vaillant né en 1891 à Saignelégier et Imprévu, un Anglo-normand, né en 1886 à Caen et importé en 1889. Au début du XXe siècle, l'élevage s'oriente vers le type trait. Des étalons Belges et Postiers Bretons sont utilisés. Au cours de la première Guerre mondiale, les chevaux Franches-Montagnes sont fortement sollicités.

On les utilise pour le trait, le bât ou la selle. Le Registre généalogique de la race Franches-Montagnes est créé en 1924. En 1930, on recense ainsi 3 415 juments inscrites au stud-book. La Seconde Guerre mondiale entraine de nouveau une forte utilisation des Franches-Montagnes, et ce, autant dans l'armée qu'en agriculture.

La motorisation et la mécanisation de l'après-guerre ont fortement fait chuter les effectifs de la race. La race tend à s'alourdir afin de répondre aux exigences de la boucherie. Il faut attendre les années 1970 pour que des mesures de soutien à la race soient engagées.

La Fédération suisse d’élevage du cheval de la race des Franches-Montagnes (FSFM) a été fondée en 1997 et assure aujourd'hui le maintien, l'encouragement et la promotion de la race.

Caractéristiques du Freiberger

Le Freiberger est un cheval demi-lourd qui a reçu il y a quelques années un apport important de sang arabe pour devenir un cheval de selle plus fin. Il est l'un des rares chevaux de sang froid qui puisse convenir à l'équitation.

Taille : entre 1,50 et 1,60 m

Robes : baie ou alezane, mais toutes les robes unies sont représentées.

Caractère du Freiberger:

Le freiberger est un cheval qui a un excellent caractère qui lui permet d'être utilisé dans nombreux sports équestres. C'est un cheval sûr, sociable et posé.

Aspect du Freiberger :

Cheval d'aspect compact. Sa tête est de taille moyenne, élégante, avec une expression douce. Il a de grands yeux et de larges narines. Ses oreilles sont courtes et droites. Il possède un beau port de tête sur une encolure robuste, forte et bien attachée.

La poitrine est large et profonde, le dos court et le rein puissant. Le garrot est bien sorti et l'épaule est longue et inclinée. Ses membres sont secs et bien proportionnés avec des paturons de taille moyenne, des jarrets droits et se terminant par des sabots bien formés.

La robe du cheval Franches-Montagnes est le plus généralement baie, mais on trouve de plus en plus de sujets alezans et même quelques gris. C'est un cheval sûr, sociable et posé.

Retour menu races de chevaux

Retour menu principal - Back to home