Menu

Images chevaux

Conseils pratiques

acheter un cheval

affronter l'hiver

alimentation du cheval

besoins en eau du cheval

comment dresser un cheval

entretien du cheval

les blessures

les coliques

naissance du poulain

odorat et goût chez le cheval

Races de chevaux

Annuaire chevaux

Annonces chevaux

Boutique équestre

bannière siteducheval.com


L'alimentation du cheval.

Quel que soit le cheval ou la qualité du pré où il se trouve, le cheval a besoin de soins et d'une alimentation complémentaire en fonction des saison et de son rythme de travail.

En fonction du pré, il faut toujours veiller, lorsque les chevaux sont plusieurs, à ce que chacun ait sa part et que rien ne soit gâché.

Dans la nature les chevaux évitent les plantes toxiques. Mais en captivité, dans un pré envahi de mauvaises espèces, ils risquent d'en absorber. Une pâture couverte de boutons d'or par exemple est déconseillée, ces fleurs sont toxiques si elles sont absorbées en quantité.

boutons d'or                    boutons d'or

Les chevaux préfèrent l'herbe rase. Les plantes coriaces ou moins savoureuses ne les intéressent pas et poussent librement. Une fois qu'elles sont hautes, les chevaux ne les mangent pas. Quand il est possible, associez les chevaux à d'autres animaux, genre moutons

Un pré doit être entretenu et enrichi !

Il faut compter un pré d'un demi hectare par cheval. Un pré riche en plantes comestibles et nutritives. Il faut en principe changer le cheval de pâture tous les mois.

L'idéal serait de disposer de trois prés de façon à pouvoir établir un cycle sur trois mois.

En liberté, le cheval se déplace constamment et quitte la pâture piétinée et souillée pour de la nouvelle herbe. Les zones broutées peuvent ainsi se régénérer ou convenir à d'autres espèces qui ne mangent pas les mêmes plantes.

Dans un pré clos, le cheval broute et rebroute sans cesse les espèces végétales qu'il préfère laissant se développer d'autres plantes et les boude une fois qu'elles sont hautes. De plus, il piétine l'herbe et répand ses crottins un peu partout. Même si le pré est grand, ce dernier s'appauvrit et ne peut assurer la subsistance du cheval, surtout l'hiver où l'herbe ne pousse presque pas et durant les périodes de sécheresse. Lors de ces périodes, pensez à augmenter les rations de foin et de grain.

Enfin, surveillez régulièrement un cheval au pré. Camouflé par son poil d'hiver, il peut maigrir sans que vous vous en aperceviez. Passez régulièrement la main sur ses épaules, ses côtes et ses hanches. Vous pouvez mesurer tous les mois son tour de poitrine au niveau du passage de sangle.

La mangeoire du cheval

mangeoire cheval                       

Le plus idéal est d'installer une ou plusieurs mangeoires dans l'abri. Si cela n'est pas possible, évitez de déposer les céréales ou les granulés sur le sol (ils seront gaspillés et l'ingestion de terre ou de sable peut provoquer des coliques). Donnez la ration dans un seau large que l'on peut placer au centre d'un pneu pour qu'il ne soit pas renversé.

Choisissez un seau sans anse, sinon les chevaux risque de se prendre les pieds dedans et comptez un seau par cheval.

Eloignez les seaux des uns des autres pour que les chevaux ne se battent pas et ne tentent pas de voler la nourriture de leur voisin.

Le foin et l'eau

filet à foin                        

Le foin déposé au sol est lui aussi déconseillé. Les râteliers à bestiaux sont dangereux pour les chevaux. Placez le foin dans des filets à foin accrochés dans l'abri ou contre les piquets de la clôture. Attention, le cheval ne pourra attraper le foin s'il ne peut pas appuyer le filet contre un point fixe..

N'oubliez pas de laisser de l'eau propre en permanence à sa disposition.

Les compléments alimentaires

En fonction de la richesse du pré où se trouve votre cheval, vous devrez compléter son alimentation. Ce complément varie selon la race et le tempérament de votre cheval, selon son rythme de travail et les saisons..

Quand il broute, le cheval coupe l'herbe avec ses incisives et l'écrase longuement avec ses molaires. Chaque bouchée est abondamment imprégnée de salive avant de descendre dans l'estomac. Si le cheval fournit des efforts importants, il ne peut avaler en peu de temps assez d'herbe pour compenser la dépense d'énergie. C'est pourquoi un cheval qui travaille régulièrement, même s'il dispose d'une pâture riche, doit recevoir des aliments énergétiques tels que des céréales ou des aliments complets et du foin.

Adaptez constamment les rations : s'il fait froid, si le pré et sec, si le cheval travaille d'avantage ou semble fatigué, s'il maigrit ou s'il grossit, si de nouveaux compagnons sont introduits sur la pâture... Toute variation doit être progressive.

Retour menu conseils

Retour menu principal - Back to home