Menu

Eleveurs trotteur français

Images chevaux

Conseils pratiques

acheter un cheval

affronter l'hiver

alimentation du cheval

besoins en eau du cheval

comment dresser un cheval

entretien du cheval

les blessures

les coliques

naissance du poulain

odorat et goût chez le cheval

Races de chevaux

Annuaire chevaux

Annonces chevaux

Boutique équestre

bannière siteducheval.com


Trotteur français

trotteur français   trotteur francais

Le trotteur français est une race chevaline issue des anciennes races de chevaux carrossiers normands et sélectionnée uniquement pour les courses de trot.

Histoire du trotteur français :

Ses origines remontent au début du XIX ème siècle en Normandie et sont fortement liées à l'élevage de chevaux anglo-normand. Croisés dans un premier temps avec des trotteurs Norfolk, des Pur-sang anglais et des trotteurs Orlov, le trotteur français ne prend le nom sous lequel on le connaît aujourd'hui qu'à partir de 1922.

Les premières courses de trotteurs en France ont lieu en 1836, sur la grève de Cherbourg, à l’instigation d’Éphrem Houël, officier des Haras nationaux. Ce dernier estime que les courses de trot sont le meilleur moyen de sélectionner les meilleurs étalons de selle.

Les premiers croisements ont lieu dans les années 1830. Des juments indigènes sont alors croisées avec des étalons Pur-sang anglais et Pur-sang arabes. Mais les résultats sont décevants. Dans les années 1850, les éleveurs normands commencent à utiliser des trotteurs Norfolk en croisement, race de trotteurs aujourd’hui disparue, ainsi que des Pur-sang anglais et des trotteurs Orlov importés de Russie.

En 1864, est fondée la Société du cheval français de demi-sang qui deviendra plus tard la société d'encouragement à l'élevage du cheval français. C'est sur cette période que naissent les principaux chefs de race : Conquérant (1858), Lavater (1867), Normand (1869), Niger (1869) et Phaëton (1871). La quasi-totalité des trotteurs français descend de ces cinq étalons.

Dans un premier temps, on privilégie les courses au trot monté et les longues distances. Mais progressivement, après la Première Guerre mondiale, le trot attelé devient la discipline reine et les chevaux gagnent en vélocité.

Cela a pour effet d'orienter la production vers deux types de trotteurs : le premier, grand et charpenté, adapté au trot monté, et le second, plus léger pour le trot attelé. Les premières courses de trot à Paris ont lieu en 1873 dans le bois de Boulogne, mais il faut attendre 1879 pour que soit inauguré à Vincennes le premier champ de courses réservé aux trotteurs en région parisienne.

C'est sur cet hippodrome que se dispute le 1er février 1920 le premier Prix d'Amérique, en hommage aux morts américains de la Grande Guerre.

Plus récemment, il a fortement subi l'influence positive du standardbred américain, avec lequel il a été croisé à partir de la fin des années 1970. Sans standard fixe, c'est un cheval qui, néanmoins, se caractérise par un modèle compact, avec une arrière-main très développée, un sternum proéminent et une tête rectiligne, voire légèrement busquée.

L'élevage de la race est concentré en Basse-Normandie et est plutôt représenté par de petits éleveurs ne possédant qu'une ou deux juments. Élevé et sélectionné pour les courses de trot, il peut également devenir un excellent cheval de loisir et de compétition s'il est amené à être réformé.

Caractéristiques du trotteur français :

Le trotteur français ne possède pas de standard. On distingue néanmoins de grandes caractéristiques communes à la race.

Taille : entre 1,60 et 1,70m au garrot.

Robes : toutes les robes sont admises, cependant on trouve plus souvent les robes baie brune et alezane.

Caractère du trotteur français :

C'est un cheval assez docile et énergique.

Aspect du trotteur français :

Le trotteur français est un cheval compact mais longiligne, solide, robuste et relativement imposant, doté d'un dos court et d'une arrière-main puissante. Sa tête est bien attachée, rectiligne, voire légèrement busquée. Le front est large, les oreilles longues et écartées, les naseaux ouverts et les yeux vifs.

Son sternum est proéminent. Son épaule était à l’origine assez droite, mais ce défaut a été corrigé et elle est désormais d'une inclinaison satisfaisante, ce qui permet un geste plus étendu, allant chercher loin le terrain.

Son garrot est bien marqué, mais plat sur le dessus. Les reins sont bien développés. La croupe est large, légèrement oblique et les cuisses sont particulièrement puissantes. Ses membres sont également puissants et résistants, tout comme ses pieds, particulièrement durs. Sa peau est fine et élastique.

Retour menu races de chevaux

Retour menu principal - Back to home