Menu

Eleveurs cheval brabançon

Images chevaux

Conseils pratiques

acheter un cheval

affronter l'hiver

alimentation du cheval

besoins en eau du cheval

comment dresser un cheval

entretien du cheval

les blessures

les coliques

naissance du poulain

odorat et goût chez le cheval

Races de chevaux

Annuaire chevaux

Annonces chevaux

Boutique équestre

bannière siteducheval.com


Cheval brabançon ou cheval de trait belge

brabancon cheval de trait belge

Le trait belge, parfois encore nommé brabant ou brabançon, est une race de cheval de trait originaire de Belgique, née de la fusion de plusieurs races de chevaux de traction en 1886 : le brabançon (le plus lourd), le condroz (modèle moyen), et l'ardennais belge (le plus léger).

Elle connait un grand succès durant l'ère du cheval de trait, exportée dans de nombreux pays, dont les États-Unis où elle fait souche sous le nom de Belgian. Comme pour toutes les races de trait, la motorisation de l'agriculture a provoqué un net recul de son élevage.

Histoire du brabançon :

L'élevage de la race cheval de trait belge date du début du XVII ème siècle. Quand les diligences postales sont introduites.

Sous le règne français et le Premier Empire de Napoléon Ier (1796), de nombreux chevaux sont utilisés pour la cavalerie et l'artillerie de Napoléon. En 1806, il créé à ces fins les haras impériaux. Le dépôt de Tervuren est mis en place avec 65 étalons de races différentes : purs-sangs anglais et arabes, normands, percherons, boulonnais, Shires et même des ukrainiens.

Durant la période hollandaise de 1814-1830, l'élevage n'est plus encouragé. Voilà pourquoi en 1830, la Belgique récemment déclarée indépendante, ne possède plus de chevaux de qualité. Le nouveau gouvernement prend immédiatement des mesures afin de stimuler l'élevage national.

Le Ministère de l'agriculture introduit l'expertise obligatoire pour les étalons et investit 30.000 francs or. Ce budget octroyé annuellement est divisé en primes partagées entre les 9 provinces. Cette politique a du succès et bientôt on voit d'excellents jeunes chevaux dans les champs.

L'introduction du chemin de fer en 1835 constitue une nouvelle menace. Les diligences postales disparaissent et des centaines de chevaux de qualité se retrouvaient sur le marché. L'agriculture ouvre un nouveau débouché car il faut des chevaux puissants pour le travail des champs.

C'est ce secteur économique qui est à la base du succès international du cheval de trait belge. Le dépôt de Tervuren est fermé définitivement et on met ainsi fin aux croisements avec les autres races.

À partir de ce moment, le cheval de trait belge est élevé et amélioré pour et par la race même. Par un arrêté ministériel datant du 6 avril 1854, une commission est créée, chargée de l'amélioration de la race. Sur son ordre, un projet est présenté aux gouverneurs des provinces pour accorder des primes aux meilleurs raceurs.

Huit provinces acceptent immédiatement. Liège ne donne son accord qu'en 1877 et c'est d'ailleurs dans la province de Liège qu'en 1879 est créée la société des Éleveurs Belges qui formera à la base de la société nationale du cheval de trait belge.

Caractéristiques du cheval brabançon ou cheval de trait belge :

La race du trait belge est née de la fusion de plusieurs races de trait élevées en Belgique : le cheval flamand, le cheval du brabant et l'ardennais belge. Il est destiné principalement à l'attelage.

Taille : entre 1,63 et 1,75m.

Robes : alezane ou rouanne.

Caractère du cheval brabançon :

le cheval de trait belge est docile et intelligent. Il se laisse dresser assez facilement. C'est aussi un cheval courageux et travailleur.

Aspect du cheval de trait belge :

Sa tête est relativement petite par rapport à son corps imposant. Son encolure est massive, son dos est court, sa croupe est longue. Il possède de grands sabots plats et forts.

Retour menu races de chevaux

Retour menu principal - Back to home