Menu

Eleveurs Cob

Sites cheval Cob

Images chevaux

Conseils pratiques

acheter un cheval

affronter l'hiver

alimentation du cheval

besoins en eau du cheval

comment dresser un cheval

entretien du cheval

les blessures

les coliques

naissance du poulain

odorat et goût chez le cheval

Races de chevaux

Annuaire chevaux

Annonces chevaux

Boutique équestre

bannière siteducheval.com


Cob

cob    cob

Le cob est un cheval de taille moyenne, intermédiaire entre cheval de selle et cheval de trait, et qui était aussi bien destiné à l'attelage qu'à être monté. En France, l'une de ces races de cob perdure jusqu'à nos jours, il s'agit du cob normand.

Histoire du cheval Cob :

Durant l'Antiquité, la Bretagne et la Normandie ont de petits chevaux de type « bidet », amenés par les Celtes depuis leurs migrations asiatiques. Les Romains ont vraisemblablement croisé ces chevaux avec des juments plus lourdes. Dès le Xe siècle, la qualité des « chevaux normands » suscite la convoitise dans toute l'Europe.

Au XVIe siècle, la Normandie héberge de petits bidets lourds et résistants, aptes à tracter sur de longues distances et à servir de diligenciers ou de chevaux d'artillerie. Des croisements ont lieu avec le Barbe et l'Arabe à l'époque de Louis XIV.

Le Cob normand est directement issu de cette ancienne souche autochtone, nommée « Carrossier normand », elle-même influencée par différents croisements avec, notamment, des chevaux de Mecklembourg, dont elle hérite d'une grosse tête au profil busqué, mais aussi des chevaux Gueldre et danois.

Le modèle a tendance à s'affiner vers 1840, suite aux croisements avec le trotteur Norfolk importé de Grande-Bretagne. Les Carrossiers normands héritent de meilleures allures, de davantage de sang, d'énergie, d'élégance et d'une conformation bien charpentée.

Le haras national de Saint-Lô, fondé en 1806 par Napoléon 1er, devient avec le haras du Pin l'un de ses principaux centres de production. Les chevaux demi-sang qui y naissent, c'est-à dire issus d'un croisement entre une souche autochtone locale et un Pur Sang, sont divisés en deux groupes : les chevaux de cavalerie, plus légers, et les chevaux de traction, qui sont caudectomisés, nommés « cobs » par analogie avec les chevaux britanniques d'attelage, et destinés au travail dans la région.

Il n'existe alors pas d'organisation de race ni de registre d'élevage : un élevage sélectif est pratiqué à partir des étalons du Pin et de Saint-Lô selon les besoins, et les éleveurs testent les capacités des jeunes chevaux ainsi produits.

Caractéristiques du cheval cheval Cob :

Élégant et plus proche du type « demi-sang » que des chevaux de trait habituels dont il ne possède ni les formes physiques ramassées, ni le squelette, il est bien membré, harmonieux et équilibré, compact mais sans lourdeur, rappelant un cheval de sang en plus étoffé, avec une peau fine.

Son profil est inscriptible dans un carré, grâce à son dos assez court. Il a hérité de sa sélection historique un trot vif, soutenu et délié, propre aux chevaux de trait légers, et de larges foulées.

Taille : entre 1,58 et 1,71 mètre.

Robes : alezane, baie et noire pan garé. La baie marquée de blanc et la robe la plus recherchée.

Caractère du cheval cob :

Malgré une forte personnalité, le cob est un cheval généreux qui ne rechigne pas à la tâche. Ses ancêtres de race Pur Sang qui lui ont apporté « du sang » et donc de l'énergie et de la souplesse, mais aussi de la précocité : le Cob normand peut être mit au travail dès deux ans. Son espérance de vie est de 22 à 25 ans.

Calme et dynamique, vif et de caractère agréable, il est volontaire. Il peut porter un cavalier toute une journée sans présenter de signe de fatigue. Relativement rustique, il peut vivre à l'extérieur et supporter les variations du climat.

Aspect du Cob :

Il possède une tête sensible et bien proportionnée, à l'aspect parfois « moutonné »mais distingué, rappelant celle du Selle français. Son œil est vif, ses naseaux bien ouverts, son chanfrein droit ou busqué, et ses oreilles bien plantées et de petite taille.

Son encolure est épaisse, assez musclée, bien orientée, de longueur courte à moyenne, et très courbée. Sa crinière est parfois rasée. Ses épaules sont larges et obliques, correctement inclinées et bien attachées, sa poitrine est profonde et son garrot bien sorti. Son corps est compact et trapu, avec un dos droit, court et fort, et des côtes rondes.

L'arrière-main est puissante mais pas autant que celle des races de trait lourd, le rein est droit et bien soutenu, les hanches sont larges et la croupe, double et musclée, un peu avalée. La queue est longue.

Ses membres ne doivent présenter ni lourdeur excessive ni tare d'aplomb, ils sont courts et secs, très musclés et forts, dotés de canons et de paturons épais, mais d'aspect moins massifs que ceux d'un cheval de trait. Les pieds, ronds et larges, ont une corne solide. Selon certains auteurs, ce cheval ne possède pratiquement pas de fanons, mais d'autres les évoquent relativement abondants : ils le sont globalement moins que chez le cheval de trait.

Retour menu races de chevaux

Retour menu principal - Back to home